Mutuelle obsèques : Souscrire un capital de financement

Jeudi 31 Juillet 2014

Une mutuelle obsèques doit être en mesure d’offrir certaines garanties à son futur adhérent pour le convaincre de souscrire un capital de financement pour sa cérémonie funèbre.

Elle doit être une solution pour que ladite personne soit sûre et certaine que ses obsèques soient accomplies selon son entière volonté et qu’elles puissent être entièrement financées sans qu’elles ne deviennent un poids financier pour sa famille.

La prévoyance obsèques pour financer ses obsèques



Lorsqu’on s’adresse à un organisme proposant des contrats de prévoyance obsèques on est en droit de s’attendre à ce qu’elle accepte notre demande sans condition de limite d’âge ou de bonne santé. Toutes celles ne présentant pas ce critère peuvent d’ores et déjà être oubliées par la personne cherchant à préparer ses obsèques dans de bonnes conditions.

L’assurance obsèques s’obtient alors par le versement d’une cotisation mensuelle. Celle-ci sert à financer un capital obsèques qui sera utilisé pour régler les frais de la cérémonie funèbre. Le montant de ce dernier devra avoir été préalablement défini dans le contrat.

Ce capital permettra de régler le prestataire de services funéraires. Il peut être également question de le reverser à un membre de son entourage en charge de l’organisation des obsèques. Dans les deux cas susmentionnés, l’excédent de capital, si il y a, pourra être transmis au(x) bénéficiaire(s) du choix de la personne ayant contracté une assurance obsèques.

Pour revenir à la cotisation mensuelle, celle-ci doit présenter au moins deux garanties pour être avantageuses au souscripteur. Pour être favorable à l’adhérent, la contribution ne doit pas évoluer du jour de la souscription à celui du décès. Mais aussi en cas de dégradation de l’état de santé de l’adhérent.

Cela signifie qu’il faut prêter attention à ce que le contrat ne mentionne aucune augmentation de cotisation au cours de sa période de validité, et cela, quelle que soit l’avancée dans l’âge ou l’état de santé du souscripteur.
Nicolas DELEARDE




Partager ce site

Facebook
Viadeo
LinkedIn
Twitter


Flux RSS

Flux RSS