S&C Construction - Visite de l’entreprise Simonin dans le cadre de la réalisation du Pavillon français pour l’exposition universelle de Milan 2015

Vendredi 13 Février 2015

Le savoir-faire français en produits bois à valeur ajoutée mis en œuvre sur le chantier du Pavillon Français de l'exposition universelle 2015 de Milan

Du 1er Mai au 31 octobre 2015, 144 pays et 3 organisations internationales se retrouvent à Milan à l'occasion de l'exposition universelle 2015. À cette occasion, chacun des participants devra apporter une contribution concrète au thème « Nourrir la planète, énergie pour la vie ». Les Pavillons serviront aux pays exposants de relais et support de l'interprétation qu'ils se font du thème.


Le concept architectural du Pavillon français : Un bâtiment territoire, un marché fertile

Directement inspiré des halles des marchés, chères à l'identité de nombreuses villes de France, le Pavillon français par son traitement structurel novateur démontre également le potentiel technique en produits bois à valeur ajoutée.

Conçu par le Cabinet XTU Architects, ce grand ouvrage spectaculaire de plus de 2 000 m2, représente un paysage inversé, tout en courbes et en pentes, illustrant le territoire français.
Pour la structure du Pavillon, le choix s'est naturellement porté sur le matériau bois. Sa conception innovante et graphique dans sa forme illustre le savoir-faire français en matière de structure bois : des formes ondulées, des assemblages invisibles, une géométrie complexe. L'ensemble constitue un vaste espace, au plafond méandreux créant par ses détours des lieux propices à la diffusion de l'information et la réflexion.
Dans le même temps, le Pavillon se doit aussi d'être fonctionnel, lieu d'accueil, de démonstration, de réception, de restauration, de locaux techniques et sanitaires.
Enfin, il est également voulu comme un modèle d'économie durable : le bois transformé est du bois local issu de Franche Comté, et le bâtiment sera démontable et remontable.

Les parties prenantes institutionnelles

Six Ministères contribuent au financement du projet :

- Ministère de l'Agriculture, de l'Agro-alimentaire et de la Forêt
- Ministère des Aaffaires Etrangères,
- Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche,
- Ministère des Affaires Sociales et de la Santé,
- Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie,
- Ministère de l'Économie et des Finances.

Le portage budgétaire de l'opération est assuré par France Agrimer : établissement national des produits de l'agriculture et de la mer.
Il s'agit d'un établissement Public à caractère administratif (EPA), qui exerce ses missions, en lien avec le ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt.
Ses missions consistent principalement à favoriser la concertation au sein des filières de l'agriculture et de la forêt, à assurer la connaissance et l'organisation des marchés, à contribuer à des actions de coopération internationale, ainsi qu'à gérer des aides publiques nationales et communautaires.

La participation de l'état à hauteur de 14 millions d'euros sera très largement consacrée à l'installation de l'infrastructure permanente.

Un cahier des charges ambitieux relevé grâce à la technique du bois lamellé-collé

Autorisant souplesse, grande portée et créativité dans les formes et les volumes, le système de structure en bois lamellé-collé s'est imposé pour répondre positivement aux exigences les plus sinueuses des concepteurs.

Sur le Pavillon français, le challenge technique repose sur :

- la conception d'un bâtiment de 35 m x 55 m x 12 m en bois, sans discontinuité des arrondis et sans assemblages visibles,
- leur fabrication et le délai de réalisation de moins d'un an,
- et la durabilité attendue du Pavillon soit pouvoir être réutilisé à l'issue de l'exposition universelle (démontage/remontage).

C'est l'entreprise SIMONIN qui fabrique depuis 40 ans des pièces en bois lamellé-collé qui s'est naturellement positionnée pour remporter l'appel d'offre.
Spécialisée dans les projets d'envergures, de la conception à la fabrication, nouvellement dotée d'un centre d'usinage à commande numérique pour un service de tailles de charpentes complexes et plus de réactivité, détenteur de la technologie RESIX®, pour les assemblages sans fixations apparentes, elle a eu tous les arguments et atouts pour convaincre les décideurs du projet.

SIMONIN modèle le bois

L'entreprise SIMONIN est spécialisée depuis 1967 dans la conception et la fabrication de structures en bois lamellé-collé ainsi que d'autres composants à base de bois, tous destinés à la construction. Elle s'attache également à mettre ses savoir-faire au service des produits bois par l'innovation, poursuivant une finalité : donner toute sa place au bois dans le bâti.

Une chaîne de production en produits bois totalement intégrée, de l'étude à la fabrication, pour des ouvrages sur-mesure

Basé à Montlebon dans le département du Doubs, le site industriel de l'entreprise SIMONIN couvre 77 650 m² dont 20 000 m² couverts et chauffés. Du bureau d'études à la fabrication, chaque jour ce sont plus de 100 collaborateurs qui participent à son activité.

À l'image de son système d'assemblage invisible RESIX®, les développements techniques de l'entreprise SIMONIN agissent comme des stimulateurs pour l'imagination des concepteurs, en rendant possible les projets de construction les plus ambitieux.

En effet, en plus de la fabrication de produits en bois standardisés, elle propose des prestations sur-mesure pour des projets de construction quelle que soit leur complexité, leur taille ou encore leur situation géographique, grâce à l'intégration de l'ensemble des compétences nécessaires à leurs bonnes réalisations :

• l'ingénierie : conception, calcul et dessin grâce au bureau d'étude interne,

• la fabrication avec 4 robots de taillage de haute technologie,

• la logistique planétaire avec l'organisation des différents modes de transport,

• l'assistance de pose.



Vue écrans du Pavillon depuis le bureau d'études SIMONIN



La structure est constituée de 14 poutres disposées tous les 4,50 m, relayées entre elles par des entretoises primaires de 4,50 m fixées tous les 4,50 m sur la longueur de chaque poutre.

À l'intérieur de ces espaces, formant des carrés, sont fixés sur les entretoises primaires 2 entretoises secondaires perpendiculaires de 4,50 m réparties tous les 1,50 M.

6 entretoises tertiaires de 1,50 M de long sont ensuite positionnées perpendiculairement tous les 1,50 m, reliant entre elles les poutres porteuses et les entretoises secondaires.



Donner corps au Pavillon français pour l'exposition universelle 2015

En tout et pour tout, le projet du Pavillon Français, de sa conception à sa réalisation, en presque 12 mois, représentera pour l'entreprise SIMONIN plus de 15 000 heures de travail pour fabriquer plus de 1450 pièces de bois, dont plus des 2/3 sont différentes.

Sébastien ROUX, Responsable Technico-commercial SIMONIN, s'est d'abord attaché à concevoir la partie basse du Pavillon, appelée «canopée inférieure». Techniquement, une vue du plan de dessus à l'horizontal montre un quadrillage simple et rigoureux de 1,50 m par 1,50 m à 45°, très loin de l'effet onduleux final.

Les niveaux R+1 et R+2 destinés aux espaces de réception, restauration, locaux techniques et sanitaires et aussi à la boulangerie, sont bâtis sur les poutres de la canopée inférieure.

La stabilité au feu du bâti est aussi une exigence respectée.
La structure et tous les assemblages du Pavillon sont calculés avec une stabilité au feu d'une heure. Cette stabilité a été rendue possible grâce à la conception mais aussi par la dépose d'une peinture ignifuge, distribuée par la société T&G Distribution, appliquée sur les pièces métalliques.
Les deux niveaux de planchers ont une contrainte de degré coupe-feu d'une heure. Cette contrainte a été résolue en associant des panneaux CLT au procédé DALFEU®, autre innovation SIMONIN.

Enfin, l'habillage extérieur du Pavillon Français est composé de poutres verticales faisant office de brise-soleil. Réalisées en mélèze lamellé-collé, elles sont disposées à 45° en façade tout autour du Pavillon.

Un meccano démontable et remontable

Un autre des défis était de permettre à la structure d'être démontée pour être rebâtie. Il s'agissait alors d'anticiper cette étape, afin de rendre accessibles les assemblages invisibles en RESIX® (tiges filetées scellées à la résine Epoxy) et, de préparer au mieux en fabrication, les pièces de bois à la déconstruction.

Dès la fabrication, des usinages supplémentaires des pièces de bois ont été réalisés afin de leur permettre lors du démontage de coulisser plus facilement. Le tout associé au système RESIX® permet d'allier résistance mécanique, esthétisme et manipulation.

Vue des travaux en cours de Milan
Pour parvenir au résultat final et réaliser cet ensemble tout en courbes, la hauteur de chaque poutre est différente et des cintrages, parfois doubles, ont été réalisés.

RESIX®, les assemblages haute technologie invisibles et remarquables

Ce système d'assemblage invisible, sous avis technique, associe du bois lamellé-collé haute qualité (marquage CE), des tiges filetées en acier et de la résine époxy haute performance. Il assure au structure :

• des reprises d'efforts supérieures à 100 tonnes,
• une grande stabilité au feu,
• Excellent comportement après effort dynamique (séisme).







RESIX® est une technologie brevetée par l'entreprise SIMONIN. Elle apporte des atouts uniques et incomparables pour tous les projets de construction :

• Elégance des assemblages : pas de boulons apparents, ferrures discrètes,
• Résistance mécanique exceptionnelle : plus résistant qu'un assemblage boulonné traditionnel,
• Grande liberté architecturale : innovation et conception de nouvelles structures,
• Economie de matière : optimisation des assemblages, volume de bois réduit,
• Absence totale de jeu : pérennité des structures,
• Durabilité des assemblages : confirmée par les études sur le vieillissement des résines,
• Economie de transport : joints de transport simples et efficaces, acheminement par containers.





Par ailleurs, des précautions seront prises au démontage, notamment sur les levées des grandes portées, afin que les forces exercées soient perpendiculaires au sol.

Pour Didier Droz-Vincent, Directeur Général de l'entreprise SIMONIN, la technologie RESIX® est au moins équivalente, en termes d'avancée technique, à l'utilisation de la soudure dans la construction métallique. En effet, dans la construction métallique, l'utilisation des rivets pour les assemblages était le mode de construction privilégié comme à l'époque de la construction de la Tour Eiffel, avec un risque, cependant, de diminution de la résistance lié au jeu des assemblages et au perçage des pièces de la structure.

La soudure qui est apparue au début du XXème siècle a permis d'alléger et de rendre plus discret les assemblages. Il en est de même pour RESIX®, qui remplace les assemblages traditionnels avec les boulons.
Certes, le bois est percé, mais la matière est reconstituée avec les tiges filetées et la résine. Le résultat final en termes de résistance et d'esthétisme, est au moins équivalente à la soudure.

Les autres produits bois SIMONIN

Les gammes de composants bois, en plus des bois lamellé-collé résineux, des essences nobles et de la technologie RESIX®, sont :

• panneaux isolants de toiture et façade Sapisol® - Sapiliège®,
• panneaux isolants de planchers et cloisons Sapiliège®,
• panneaux autoporteurs de planchers et cloisons Sapisin®,
• bardage bois massif abouté Funlam®,
• bardage bois style ajouré Openlam®,
• madrier plein coupe feu Dalfeu®.

Traitement et protection des pièces de bois

Les qualités intrinsèques du bois sont multiples : léger, souple, résistant mécaniquement, esthétique. Il est également le seul matériau vivant, cette caractéristique le rendant sensible aux agents biologiques tels que les champignons (pourriture cubique, type mérule) et les insectes xylophages (termites et insectes à larves xylophages). Ceux-ci menacent ses propriétés mécaniques donc sa résistance. C'est pourquoi, selon son emploi, il est indispensable de s'assurer de la durabilité de l'essence de bois choisie.
En fonction de ces paramètres, le bois utilisé en matériau de structure par exemple, se voit doté de propriétés nouvelles, lui permettant de résister aux insectes xylophages et aux champignons. On parle de durabilité conférée.

Les pièces de bois participant à la structure du Pavillon français ont été traitées avec la référence SARPECO 800 de la gamme AXIL de Sarpap & Cecil Industries. Ce produit de traitement, micro-émulsion concentrée en phase aqueuse, apporte au bois une résistance contre les insectes xylophages, les champignons lignivores et le bleuissement des sciages frais, avec des caractéristiques d'efficacité allant de la classe d'emploi 1 à 3.1 selon les normes EN 335-1, -2 et -3.
En complément, afin de protéger les charpentes lamellées-collées sur le chantier et en service, l'entreprise SIMONIN a appliqué en couche de protection Xilix Finition traitante CLC, en version incolore afin de préserver la couleur naturelle du bois, tout en lui donnant un bel aspect satiné.
Xilix Finition traitante CLC protège les ouvrages des traces de manipulations et agressions climatiques pendant la période du chantier, et assure une protection hydrofuge des bois en service. Formule en phase aqueuse, elle est très appréciée des professionnels pour sa facilité d'application et son séchage rapide (1h).

Le traitement de préservation du matériau bois pour résister aux insectes xylophages et champignons

Les bois utilisés pour le Pavillon français sont des résineux. Cette essence est sensible aux agents biologiques, de type vrillettes, capricornes, termites et champignons lignivores. Leur utilisation en matériau de structure se fait sous certaines conditions, dont leur traitement. Ce dernier s'effectue par trempage, aspersion, badigeon, en fonction du matériel d'application et de la dimension des pièces de bois.

Sarpap & Cecil Industries
une mission : soutenir l'utilisation du matériau bois

Basée en Dordogne, Sarpap & Cecil Industries est une filiale du Groupe Berkem, PME industrielle du secteur de la chimie, qui formule, développe et produit des solutions qui permettent au matériau bois d'améliorer ses performances face aux agressions externes (biologiques, climatiques,...).
La société, qui a fêté ses 50 ans, fournit aux professionnels, Industriels de la transformation du Bois, des produits de préservation de la marque AXIL, qui augmentent la durabilité des essences de bois.
Les propriétés qu'elles ajoutent au bois sont variées :

modification de la réaction au feu,
résistance aux insectes (à larves xylophages et termites),
champignons, moisissures
protection contre les agressions climatiques,
préservation de son aspect et décoration.

Au quotidien, l'engagement de Sarpap & Cecil Industries est le suivant : être attentif au bien-être des utilisateurs de ses produits et à l'impact de ses solutions sur l'environnement. Cela passe par :

Une formulation responsable :

- choix des matières premières, dosage, technologies, - prise en compte des pratiques des professionnels et de leurs cadres réglementaires et normatifs,
- traçabilité et mesure de la performance de la conception à l'application de la solution de traitement, - accompagnement technique, formation et contrôle qualité.

Un travail de prescription auprès des décideurs de la construction et donneurs d'ordre afin de promouvoir l'emploi du matériau bois correctement préservé.

C'est avec la même exigence qu'elle accompagne l'entreprise SIMONIN depuis un grand nombre d'années.


Les classes d'emploi sont définies dans la norme EN 350. Elles déterminent la sensibilité du bois aux agents biologiques selon sa situation dans la structure de l'habitation. Elles vont de la classe d'emploi 1 à 4 pour le bâti.
Les exigences réglementaires relatives aux matériaux en bois ou aux dérivés du bois non imputrescibles pour les constructions sont définies dans la loi 99-471 de juin 1999 et le décret 2006-591 du 23 mai 2006 relatif à la protection des bâtiments contre les termites et autres insectes xylophages. La réglementation s'applique également pour les aménagements extérieurs ou les constructions ne faisant pas l'objet d'un permis de construire. Dans ce cadre législatif, il est demandé à tous les bois ou matériaux à base de bois (type panneaux) participant à la solidité de la structure des bâtiments neufs de justifier d'une résistance contre l'action des insectes à larves xylophages et des termites.




http://primavera.fr/sarpap/agence-de-relations-presse-batiment-pavillon-francais-milan.htm
Rosa MOKRI



Partager ce site

Facebook
Viadeo
LinkedIn
Twitter


Flux RSS

Flux RSS