Du « faux Parmesan » saisi au Salon Anuga en Allemagne

Lundi 19 Octobre 2015

Du « faux Parmesan » saisi au Salon Anuga en Allemagne
Nouvelle intervention du Consortium du Parmigiano Reggiano contre les produits illégaux exposés au Salon ANUGA


Au Salon Anuga à Cologne, trois produits avec des noms rappelant clairement le Parmigiano Reggiano ont été identifiés et apportés par le Consortium aux autorités allemandes.

L'intervention du Consortium – qui a entraîné trois retraits, le 1er d'un produit appelé «Reggianito», et les deux autres pour des raisons de santé identifiées par les autorités – s’est déroulée quelques minutes après l'ouverture des portes de l'un des salons internationaux agroalimentaires les plus importants qui se tient tous les deux ans à Cologne, en alternance avec le Sial de Paris.

Il y a un an, à Paris, l’organisme de tutelle est aussi intervenu pour obtenir le retrait de 7 produits clairement en contradiction avec le jugement obtenu pour le Consortium en février 2008 par la Cour de justice des Communautés Européennes qui a reconnu que le terme «Parmesan» n’était pas un terme générique, mais rattaché au nom «Parmigiano Reggiano» et qu’il ne pouvait être utilisé pour un fromage ne respectant pas le cahier des charges de l'AOP italienne.

Cette situation similaire à Anuga 2015 et la plainte contre les produits illégaux exposés sur le salon, a entrainé l'intervention immédiate des services juridiques du Consortium du Parmigiano Reggiano en Italie et en Allemagne. « L’intervention des autorités allemandes à la suite de notre plainte – explique le président du Consortium, Giuseppe Alai – est liée au fait que, après des années de litiges, nous avons obtenu de la législation de l'Union Européenne, l'obligation de protéger l'AOP «ex officio» dans tous les Etats membres de l'UE, avec une responsabilité directe des Etats membres en matière de supervision ».

« Après plusieurs décisions favorables obtenues ces dernières années par les tribunaux allemands pour le Consortium dans des situations similaires – précise Giuseppe Alai – c’est la première intervention, au Salon Anuga, des pouvoirs publics allemands qui surveillent les AOP.

C’est vraiment sur ces bases que notre système de surveillance et de répression obtient ce niveau d'efficacité en Europe, mais qui n’est pas encore possible partout dans le monde et sur lesquelles l'Union Européenne devrait certainement s’appuyer dans les négociations TTIP avec les États-Unis, où il y a une utilisation généralisée d’un intitulé falsifié rappelant notre nom et l'origine géographique du Parmigiano Reggiano, avec un impact négatif évident sur nos exportations possibles ».

« Le travail effectué à l'Anuga en collaboration avec les autorités allemandes – a observé le président du Consortium de Parmigiano Reggiano – présente un résultat satisfaisant en terme de dissuasion dans la lutte pour des évocations illégales. Mais il est urgent de prendre des mesures législatives sévères et que la vigilance européenne écrase dans l’œuf les actions de ceux qui continuent à se présenter illégitimement, même au sein de vitrines si importantes »
MARIE_LUCIE HUC




Partager ce site

Facebook
Viadeo
LinkedIn
Twitter


Flux RSS

Flux RSS