Guide d’un massage de qualité pour débutants

Mardi 20 Septembre 2016

Quel que soit le type de massages, le mouvement des mains va toujours en direction du cœur. En fonction du rythme et du degré des pressions, le massage sera dit profond ou relaxant. En se basant sur ces différents éléments, chacun peut réussir un bon massage. Voici un guide plus détaillé sur le sujet.


Première étape : la salutation

Avant de commencer à travailler, le masseur doit se présenter à son client. Il ne s’agira pas de présentation verbale mais plutôt d’un premier contact tactile. Pour ce faire, il doit poser ses deux mains sur le dos du patient et rester dans cette position quelques secondes. C’est un signe de présence et une occasion pour le massé de s’adapter. En outre, cette façon de faire connaissance permet de le rassurer et de l’aider à se détendre. Cette technique pour déstresser le client est très prisé dans les salons de massage. Qu’il s’agisse de massage de relaxation, de massage naturiste ou curatif, la salutation est essentielle. Par ailleurs, elle peut être ré- exécutée à chaque changement de zone de massage pour donner un massage de qualité.

Deuxième étape : l’huile et les premiers mouvements

Après la salutation, vient ensuite l’application de l’huile. Elle doit se faire de manière discrète et fluide pour initier les premiers mouvements. L’huile a un rôle fondamental dans la réalisation d’un bon massage. Elle permet de protéger la peau, de réchauffer les muscles, de parfumer le corps etc. En règle générale, un massage profond ou appuyé nécessite l’utilisation de plus d’huile. Le massage doit débuter par un simple effleurage sur la surface de la partie à masser. En d’autres termes, les mains du masseur doivent êtres ouvertes. En outre, il ne devra pas se servir de ses pouces. Le massage naturiste ou relaxant se passe exactement de la même manière. Par ailleurs, le coude et le talon de la main peuvent également être utilisés. Afin d’harmoniser le massage, celui-ci se termine par les mêmes mouvements que ceux du début.

Troisième étape : La pression

La technique de la pression consiste à appliquer les mouvements plus en profondeur. Ainsi, plus la zone choisie est musclée, plus il faut appuyer fort. Comme pour le cas de la cuisse, la pression doit être assez forte pour traverser la chair et les muscles. Il est nécessaire de la travailler davantage pour libérer la fatigue et relâcher les tensions. Le principe est le même pour le massage naturiste, ou pour le massage thaï. Pour plus d’efficacité, il est préférable de commencer le travail par les parties les plus sollicitées. Il faudrait ainsi débuter avec le dos, puis avec les jambes, avec les épaules etc. Lorsqu’il s’agit d’appuyer fort, la technique est d’utiliser la pression du pouce, des phalanges, du coude et du genou. Cela permet d’améliorer la circulation sanguine dans les parties souvent soumises aux contractions et tensions musculaires. Cela concerne notamment les mollets, le bassin, les avant-bras, etc. Bref, ces indications sont les bases à assimiler pour donner une séance digne d’un massage paris à ses proches. Chacun est libre d’ajouter ses propres pratiques en fonction de la situation.
Stéphan Primo



Partager ce site

Facebook
Viadeo
LinkedIn
Twitter


Flux RSS

Flux RSS