Les artistes sont-ils riches?

Mercredi 2 Août 2017

Les artistes sont-ils riches?
Dans une société où l’argent est un sujet tabou, vous vous êtes sûrement déjà demandés combien gagnait un artiste en sortant un album ? Nous avons la réponse et vous risquez d’être surpris.

La rémunération des artistes en fait rêver plus d’un mais les chiffres parlent d’eux-mêmes, se faire une place dans cette industrie et vivre de sa passion quand on ne détient pas la notoriété de Céline Dion ou de Francis Cabrel ce n’est pas toujours si simple. Beaucoup pensent qu’un artiste gagne des millions quand sa chanson est diffusée sur toutes les radios ou lorsque son album se trouve dans les sites de streaming gratuit comme payant et c’est loin d’être le cas.

La question que l’on se pose est la suivante : est-ce qu’une initiative musicale peut inverser cette tendance et permettre aux artistes de vivre de leur passion ?

Tout d’abord quand est-il du marché de la musique enregistrée en France ?

Il est important de préciser que ce domaine s’est vu chuté depuis le fort intérêt qui s’est crée autour d’internet, la vente de disques a alors connu une chute importante.
En 2016, le ton change puisque l’industrie de la musique enregistrée connaît une augmentation de 5,4 % suite à une hausse du streaming de 37 %.
Mais ce n’est pas tout les ventes physiques comme les vinyles et les CD mènent encore la danse avec un pourcentage supérieur de 59 % sur les autres moyens d’écoute. Cette supériorité est traduite par un effet de mode : le retour du vinyle. Et oui le vinyle ce n’est plus du tout ringard, il connaît une augmentation de ces ventes d’année en année depuis maintenant 5 ans.

Mais ce n’est pas le seul à connaître un franc succès, le streaming lui aussi défend sa place avec près de 4 millions d’abonnements streaming en France « (soit 900 000 de plus en un an) ».

« Vingt-huit milliards de titres ont été écoutés sur ces plateformes, générant plus de 143 millions d'euros de revenus. Une somme quasiment multipliée par trois en trois ans. »


Maintenant que la situation du marché de la musique est clarifiée, nous pouvons nous attaquer au vif du sujet : la rémunération des artistes.
Une étude faites par Adami nous montre à partir de quel moment un artiste gagne 100 euros sur son album (et c’est assez hallucinant).
Pour qu’un artiste touche 100 euros, il faut :

• Que sa musique passe 14 fois sur la même radio
• Qu’il ai vendu 100 albums
• Que son album ai été écouté 250 000 fois en streaming payant
• Que son album ai été écouté 1 000 000 fois en streaming gratuit


Avec ces quelques chiffres, nous pouvons déjà nous faire une petite idée de ce que touche un artiste, mais ce n’est pas fini, vous n’êtes pas au bout de vos surprises.

Toujours selon l’étude d’Adami nous nous penchons maintenant sur l’achat de titre et plus précisément sur iTunes. Le saviez-vous ? Dans le cas d’un titre acheté pour 1,29 euros l’artiste touchera seulement 0,04 euros, le reste revient donc aux producteurs.

Mais quand est-il pour les disques physiques ?
Il faut savoir qu’un artiste touche 6,4 % des bénéfices du CD lorsque son album est vendu entre 1 et 50 000 exemplaires. Si l’album s’élève à 13 euros, l’artiste ne touchera alors que 80 centimes.

Et pour le streaming ça se passe comment ?
Et bien ça ne va pas en s’arrangeant, pour une écoute sur un site auquel l’internaute n’est pas abonné l’artiste touchera uniquement 0,0001 euro et si l’internaute est abonné cela passera à 0,004 euro.


Vous l’aurez compris les bénéfices qu’obtient un artiste sur sa musique que ce soit streaming ou physique lui reviennent à pas grand chose. On remarque alors une répartition des bénéfices inégale entre les autres acteurs et l’artiste.

Et si on changeait la donne ?

Les labels indépendants ont voulu la changer depuis bien longtemps (les labels indépendants sont des producteurs de musique qui ne dépendent pas des majors de l’industrie du disque) puisque leur création résulte d’un désir de meilleure rémunération mais c’est sans compter les problèmes de déclaration que cela entraîne.

Suite à ces problèmes rencontrés certains artistes décident alors de se lancer dans une carrière indépendante, ce qui leur permettra d’échapper aux problèmes de déclaration, mais quand est-il de leur visibilité ?
L’un des plus grands avantages des maisons de disques est la visibilité qu’elles donnent aux artistes, sans cela les artistes auront du mal à se faire une place dans cette industrie et ne pourront pas vivre de leur passion comme nous avons pu le constater précédemment.

Leurs moyens de visibilité se trouvent alors sur internet et comme par exemple Youtube, cette plateforme qui permet de plus en plus aux désirants de se créer une notoriété, grâce aux internautes.

Sans cette notoriété, pas de communauté, pas de public pour les salles de concert ni de rémunération.

Une solution existe, WantedConcert.com : le pouvoir revient aux fans et eux seuls décident quels artistes ils veulent voir au-devant de la scène. Ils choisissent alors l’artiste, la salle de concert ainsi que la date.
Les artistes sont contactés suite aux demandes des fans, différents services normalement payants leur sont proposés gratuitement : un site web, une carte de visite ainsi que leur premier EP... et bien d’autres.
Pour ce qui en est de la rémunération, l’artiste percevrait 80 % des bénéfices de son travail, plutôt intéressant dans une industrie où le pourcentage remit aux artistes est loin d’être aussi élevé.
Prenons comme exemple le streaming payant, ce ne sont plus 100 euros que l’artiste touchera au bout de 250 000 écoutes mais bien environ 833 euros grâce à la formule Wanted Concert.com

Cette initiative pourrait alors être une révolution auprès des artistes !

Je trouve l’idée très pertinente, permettant aux artistes remplit de talent sans grande notoriété de vivre de leur passion et de se faire connaître tout en touchant une part méritée de leur travail.
Les services offerts permettent à l’artiste de débuter sur des bases solides qui lui permettront par la suite de prendre son envol, pour une longue et belle route.
Mais pas que, aussi pour les artistes ayant une grande notoriété, cela leur permettrait d’être et de rester maître de leur carrière. D’avoir un contrôle permanent sur leur travail tout en continuant et en gagnant mieux leur vie.

Le fait de donner le pouvoir aux fans permet de donner une chance à chaque artiste de tout genre et aux fans de ne plus avoir à subir les mêmes têtes d’affiche, la plupart du temps, de musique commerciale. Les fans ont aussi leur mot à dire et il est important de les laisser s’exprimer.

Cette initiative est totalement transparente envers les talents, ayant pour but unique de valoriser le travail des artistes. Pour les fans comme les chanteurs l’idée est séduisante, fraîche et permet de donner une nouvelle ère à cette industrie, qui de nos jours se développe de plus en plus au niveau des productions sans label.
Les labels étant vus quelques années plus tôt comme la seule source de succès ainsi que de réussite. Aujourd’hui c’est totalement différent puisqu’en 2016 plusieurs talents ont réussi à se faire leur place par eux-mêmes, la grande mode pour les artistes est de tout faire seul. Malheureusement ça ne marche pas à tous les coups et (même rarement) c’est pour cela que certaines initiatives se mettent en place comme WantedConcert.com

Changer les règles dans cette industrie c’est osé mais nécessaire.
 
Ines Bolo



Partager ce site

Facebook
Viadeo
LinkedIn
Twitter


Flux RSS

Flux RSS